D'Une rive à l'autre

  • À 7000 kilomètres d’Europe, en Guyane, se joue un drame récurrent, indigne d’un pays « moderne et développé » : des amérindiens, pour la plupart des adolescents, parfois des enfants, se donnent la mort, dix à vingt fois plus que dans l’Hexagone, au point que l’on peut parler sans exagération d’une « épidémie de suicides ».
  • Les causes profondes du mal-être des amérindiens de Guyane sont très nombreuses : le choc culturel; l’isolement ; la séparation familiale précoce (à partir de 10 ans) pour poursuivre les études en ville ; l’école républicaine qui remplace « l’enseignement traditionnel » et qui rompt les liens avec les aînés et leurs savoirs ; le chômage et le stress socio-économique ; les aides sociales (RMI, CAF) qui ébranlent les fondements de leur organisation sociétale ; etc.
  • Cette situation n’est pas nouvelle, elle est aussi ancienne que l’histoire du monde : celle de la « rencontre » irrésistible et profondément inégale d’une société forte et dominante avec une société affaiblie et dominée. De nombreux spécialistes sont d’accord pour dire que, prises comme elles le sont en étau entre un monde occidental de plus en plus prégnant et un monde autochtone fragilisé, il n’est pas sûr que les cultures amérindiennes puissent résister.

** Pour les envois en dehors de l'Espagne, écrire à laura@blume.net pour un devis.

Más detalles

35,00 € IVA incl.

Auteur

  • Miquel Dewever-Plana s’interroge et questionne sur ces changements et bouleversements que l’humanité a toujours vécus. Les cultures, les langues, les identités et les sociétés, si petites soient-elles, ont toujours « évolué » et se sont toujours construites avec ou contre « l’autre ».
  • En proposant aux amérindiens de se montrer dans les deux tenues vestimentaires qu’ils utilisent régulièrement, l’une traditionnelle et l’autre occidentale, il montre et évoque ce passage « d’une rive à l’autre ». Chaque diptyque, accompagné du témoignage de la personne photographiée, dessine l’image d’un monde en mouvement, d’une culture en mutation, faite de peurs et d’angoisses, mais aussi de rêves et de perspectives d’avenir… Une thématique universelle qui nous amènera aussi à nous interroger sur notre propre identité.

Contenu

Christoph Wiesner | Préface
Directeur artístique de la foire internationale Paris Photo P. 11

Christiane Taubira | Combien de fleuves à traverser… ?
Ancienne garde des Sceaux, ministre de la Justice, ancienne député de Guyane P.14
 
Daniel Munduruku | Notre peuple est une rivière... son destin est de s’écouler
.crivain et philosophe am.rindien P.20
 
Isabelle Fougère | Construire un pont entre nos rives
Journaliste, auteure et réalisatrice P.21
Photographies et témoignages (en français et en langues amérindiennes) P.32
 
Gilles Kleitz | Témoins de Guyane, des photos à écouter
Directeur du Parc amazonien de Guyane P.138
 
David Redon | À la croisée des fleuves
Conseiller des musées et des arts plastiques à la direction des Affaires culturelles de Guyane (DAC) P.143
 
Miquel Dewever-Plana | D’une rive à l’autre
Photographe P.146
 
Glossaire P.152
 
Remerciements P.156

No hay reseñas de clientes en este momento.

Escribe tu opinión

D'Une rive à l'autre

D'Une rive à l'autre

  • À 7000 kilomètres d’Europe, en Guyane, se joue un drame récurrent, indigne d’un pays « moderne et développé » : des amérindiens, pour la plupart des adolescents, parfois des enfants, se donnent la mort, dix à vingt fois plus que dans l’Hexagone, au point que l’on peut parler sans exagération d’une « épidémie de suicides ».
  • Les causes profondes du mal-être des amérindiens de Guyane sont très nombreuses : le choc culturel; l’isolement ; la séparation familiale précoce (à partir de 10 ans) pour poursuivre les études en ville ; l’école républicaine qui remplace « l’enseignement traditionnel » et qui rompt les liens avec les aînés et leurs savoirs ; le chômage et le stress socio-économique ; les aides sociales (RMI, CAF) qui ébranlent les fondements de leur organisation sociétale ; etc.
  • Cette situation n’est pas nouvelle, elle est aussi ancienne que l’histoire du monde : celle de la « rencontre » irrésistible et profondément inégale d’une société forte et dominante avec une société affaiblie et dominée. De nombreux spécialistes sont d’accord pour dire que, prises comme elles le sont en étau entre un monde occidental de plus en plus prégnant et un monde autochtone fragilisé, il n’est pas sûr que les cultures amérindiennes puissent résister.

** Pour les envois en dehors de l'Espagne, écrire à laura@blume.net pour un devis.

Product successfully added to the product comparison!